oeuvrer plutôt que se battre

17098363_10210070953023467_3476122172916269890_n1

Cette image m’a beaucoup interpellée. Elle m’a amené à me demander quand , dans ma vie, je me suis « battue pour », et quand j’ai oeuvré. Sans doute faut-il les deux, et il ne s’agit pas de les opposer. Au niveau social, il fut et il est nécessaire de se battre pour certaines causes. Parce qu’il faut des ruptures et des prises de conscience.

A titre personnel, ce sont vraiment deux positionnements qui font une énorme différence. Pour ma part, j’ai le sentiment d’oeuvrer de plus en plus, en étant en paix avec moi-même. Parce que « se battre pour » peut être considéré comme beaucoup mieux que « se battre contre »…mais il s’agit toujours de se battre, et donc de générer en nous un sentiment d’état de guerre.

Oeuvrer, cela ne veut pas seulement dire s’asseoir et méditer pour atteindre l’état de paix intérieure! Cela peut commencer ainsi, cependant. Et en nous asseyant et en tournant notre regard vers l’intérieur, nous constatons bien vite qu’une bataille s’y livre. Pour amener les belligerants à signer l’armistice, il va falloir retrousser ses manches. Et cela passe inévitablement par le fait de nous occuper de ce qui , dans notre vie, est en guerre ou n’est pas en accord avec notre aspiration profonde.

En créant Féminaissance, en la faisant grandir (et oui, c’est une fille, à n’en pas douter), nous contribuons à notre façon, nous oeuvrons à notre niveau pour rendre visible, réel dans le monde ce en quoi nous croyons.

Aujourd’hui, j’ose dire que nous faisons une oeuvre de paix: car l’effet principal de nos évènements se lit dans le visage et le corps des femmes qui y participent: celles qui viennent pour la première fois peuvent avoir le visage un peu fermé, le corps sur la défensive en passant la porte. Quelque chose en elles est en guerre. Nous les voyons repartir à la fin du week-end le visage ouvert, un grand sourire aux lèvres, détendue.

S’il s’agit d’aider les femmes à se réconcilier avec elles-même et les autres femmes, et par là même, de nous aider nous-même à faire ce chemin, alors je dis OUI!

Et quand je doute, quand je flanche, quand la somme de travail à accomplir poru le prochain salon me décourage, alors je revois ces visages, ces corps, je revois des femmes qui se regardent dans les yeux, qui rient ensemble. Et l’énergie revient!

Rejoignez-nous les 11/12 mars, le monde a besoin de paix et de réconciliation!

toutes les infos ici

Publicités
Cet article a été publié dans Non Classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s